Startech’s Days 2017 : escale à Bruxelles sur la route d’Abu Dhabi

par Thierry H. le 5 avril 2017

Après plusieurs éditions organisées en partie à Gosselies, le championnat belge des métiers s’est, cette année, installé à Bruxelles et Namur. Et c’est le site des Arts et Métiers qui accueillait les concurrents de nos trois catégories pour deux jours d’épreuves et de stress.

Murat (à gauche de l'image), Clara et Anthony (à droite), lors de la remise des médailles à l’Opéra de Liège.

Imprimerie, fraisage, maçonnerie, cuisine, mécanique auto, conduite poids lourds, etc. Pas facile de réunir en un seul endroit la trentaine de spécialités inscrites au programme des Startech’s Days de WorldSkills Belgium. Faute de moyens suffisants pour déménager le matériel nécessaire au concours, ce sont à nouveau deux lieux différents qui ont hébergé les quelques 240 finalistes sélectionnés pour cette étape majeure sur la route d’Abu Dhabi.

Si certains avaient pris le chemin de Namur et du campus provincial, une bonne partie des métiers se retrouvaient dans la capitale. Le web design et l’infographie squattaient les locaux du CTA (Centre de Technologies Avancées) Arts graphiques tandis que la conduite offset occupait, un étage plus bas, ceux partagés par le CTA et le Cepegra de Bruxelles.

C’est là que les candidats imprimeurs se succédaient sur une presse Komori 4 couleurs, chacun disposant d’une petite demi-journée pour réaliser l’exercice imposé. Leur objectif : sortir vite et bien une affiche quadri agrémentée de quelques difficultés techniques. Mission presque impossible pour quelques-uns mais remplie avec succès par les trois premiers.

En particulier pour Vincent Tonola, premier avec une confortable avance sur Joffrey Van Achter et Killian Godmont, ses deux adversaires de Don Bosco Tournai, qui s’emparent des secondes et troisièmes marches du podium. Le jeune Hennuyer de 20 ans, étudiant à Saint-Luc Tournai, possède donc une bonne chance de décrocher son billet pour Abu Dhabi mais le choix définitif des métiers qui seront du voyage ne sera effectué qu’à la mi-mai…

Web design : une catégorie qui fait peur ?

Graphiste, développeur, UX designer ? Les qualités nécessaires pour espérer briller en web design lors du Mondial d’octobre prochain sont nombreuses et pas faciles à réunir quand on a moins de 22 ans. C’est peut-être pourquoi trouver des candidats reste un défi. Une difficulté encore confirmée cette année : sur les huit inscrits, seuls quatre étaient présents…

Étudiant de la haute École Albert Jacquart, Anthony Pauwels a su dompter les difficultés placées sur son chemin et remporte la médaille d’or. Brillante graphiquement mais pas encore au niveau côté développement, Victoria Duprez obtient l’argent. Pauline Loroy complète un trio plus féminin que d’habitude.

Des surprises en infographie

L’infographie, dernière catégorie en lice pour le Cepegra, réunissait sept candidats un peu plus jeunes que d’habitude. Quatre d’entre eux étaient encore en secondaire et tiraient vers le bas une moyenne d’âge qui n’atteignait même pas les 20 ans.

Petite surprise côté résultats. Si Clara Hainaut, de l’HEAJ Namur, se classait finalement deuxième, les deux autres marches du podium étaient prises d’assaut par des représentants d’écoles secondaires. Murat Incebacak, de l’Institut Diderot de Bruxelles, terminait juste derrière la candidate hennuyère en ayant été particulièrement performant le second jour, lors de l’épreuve de packaging.

Mais c’est Anthony Karpowicz, de l’Inraci, qui décrochait l’or grâce à une bonne régularité et en ayant commis peu d’erreurs techniques. De quoi prendre une option sur un éventuel ticket pour le Mondial mais, ici aussi, le choix final ne se fera qu’en mai.

Un membre de plus pour WorldSkills

Cette édition a aussi connu une originalité de dernière minute : deux jeunes Palestiniens étaient de la partie en Infographie.

C’était la première fois que des candidats étrangers se joignaient aux Belges lors des Startech’s Days. On doit cette visite à la coopération belge qui a accepté, comme d’autres pays, de donner un coup de main à l’Autorité palestinienne pour lui permettre de participer à WorldSkills.

Expérience inédite pour le pays mais aussi pour Sobeya et Ibraheem dont c’était le premier voyage à l’étranger. Ils ont tout deux découvert l’ambiance de notre compétition nationale avant de passer quelques jours au Cepegra en compagnie de leur coach et de Thierry Herman.

Dans quelques mois, l’un d’eux représentera les Territoires palestiniens en compagnie de deux autres compétiteurs engagés en peinture et décoration et en pâtisserie. Un honneur très particulier dans la situation de la Palestine…

Sobeya et Ibrahim (au centre de l’image, entourés du délégé technique de la Palestine, de la team leader et de leur coach), invités sur scène lors de la remise des prix à l’Opéra de Liège.