Nicolas De Wolf, web designer finalement convaincu

par Thierry H. le 16 janvier 2017

Si, pour certains, le Cepegra permet de compléter un bagage déjà solide, pour d’autres, il est l’occasion d’un changement de cap plus radical. Nicolas De Wolf en a fait l’expérience, avant même de débuter sa carrière.

Nicolas De Wolf

Diplômé de la Haute École Albert Jacquard de Namur, Nicolas De Wolf ne se voyait pas vraiment travailler dans le web design. Il avait choisi l’orientation pré-presse et, en dehors de quelques TP, n’avait pas ressenti le besoin d’aller voir ailleurs. Non seulement je ne connaissais rien au web mais je ne m’y intéressais même pas, raconte Nicolas. Mais au bout de quelques mois de recherche de boulot, je me suis rendu compte que la plupart des offres exigeaient des compétences dans le domaine. Il fallait que je m’oblige à m’y mettre…

J’ai connu le centre par le bouche-à-oreille et je me suis inscrit en formation. Et ça m’a plutôt convaincu puisque c’est ce que je fais maintenant à temps plein. Au cours, les groupes sont réduits, entre 6 et 10 stagiaires, explique-t-il. Les formateurs sont assez jeunes. Je les rencontre souvent aux conférences de la Feweb (l’ASBL qui promeut le secteur du web). Ils restent à la pointe. Et du côté des stagiaires, c’est pareil. Ce n’est pas comme à l’école, les gens sont là pour apprendre. Il y a une motivation des deux côtés et c’est ce que j’ai aimé au Cepegra.

Quant au contenu des cours, il a en tout cas permis à Nicolas de convaincre son futur employeur. Je partais pratiquement de zéro et tout ce que j’ai appris dans le domaine, c’est grâce au Cepegra. C’est aussi le centre qui m’a appelé pendant un camp scout pour me dire qu’il y avait une offre d’emploi qui pouvait me convenir!

Nicolas est employé depuis 3 ans chez Qualifio à Louvain-la-Neuve, où il côtoie un autre ancien du centre, Antoine Adam, lui aussi web designer. Son rôle : aider les clients de Qualifio à améliorer l’aspect graphique des campagnes web qu’ils gèrent avec les outils proposés par la société néolouvaniste. Et s’il est finalement loin du graphisme papier, Nicolas ne s’en porte pas plus mal…

Commentaires fermés sur Nicolas De Wolf, web designer finalement convaincu

Partager >