CSS, des origines vers le futur

par Michèle Vos le 29 septembre 2015

Lors du Futur of web design à Londres en avril dernier, Håkon Wium Lie, directeur technique chez Opera et premier orateur du troisième jour monte sur scène et nous propose de nous pencher un moment sur l’histoire des CSS car il est important de comprendre « ce qui a fait que les choses sont comme elles sont ».


Il nous parle de ses débuts en tant que chercheur au Cern, sous une prairie de vaches suisses, quand il travaillait avec Tim Berners Lee et qu’il a proposé, en 1994, le concept de CSS.

Un peu d’histoire

L’idée brillante n’était pas uniquement de concevoir le WWW mais aussi d’en faire des standards ouverts. Dans cette optique, la première raison d’être des CSS n’était pas de faire des « trucs cool » mais de sauver le HTML en s’assurant qu’il garde une base sémantique forte et son intégrité en matière d’accessibilité. Pour donner un exemple {text-shadow} a permis de ne plus avoir recours à une image Photoshop de texte avec ombre portée et donc de garder le texte sémantique et indexable.

Afin de faire évoluer au mieux le design web, chaque propriété a été, et est encore, âprement discutée au sein de l’équipe du W3C et fait parfois partie de compromis. Malgré leur maturité avancée dès 1998 (CSS2), elles n’étaient pas utilisées, parce que non implémentés dans les navigateurs, ce qui était très frustrant.

Pour tester l’interprétation des CSS par les navigateurs, l’équipe a mis au point le test Acid2. webstandards.org/action/acid2/guide/

Au début des années 2000, Internet Explorer, alors leader du marché ne suivait pas les évolutions et empêchait d’avancer. Devant la non-réactivité de Microsoft, la communauté web s’est mobilisée et a forcé le changement. IE8, même s’il n’était pas encore parfait, passait le test.

Depuis lors, la boîte à outils CSS ne fait que grandir, s’affiner avec l’aide d’une communauté toujours plus pointue. Les CSS3 ont apporté de nombreuses nouveautés et ont permis des designs de plus en plus créatifs. Les animations et transformations offrent aux designers le luxe de ne plus devoir recourir à du JavaScript complexe pour des choses simples. {font-face} permet enfin l’utilisation de polices variées sur tout support et les media queries de s’adapter aux évolutions mobiles.

Et pour le futur ?

Le challenge pour le web, de plus en plus mobile, est encore et toujours de garder l’esprit de standards ouverts : tout ce que l’on peut faire au travers d’une App devrait être possible avec HTML/CSS/JS, sans être asservi à un système propriétaire.

Paging the web : E-publishing standardisé

Magazines et livres électroniques ne devraient pas avoir à recourir à une App pour être lus. Passionné de livres et de typo, Håkon Wium Lie travaille depuis quelques années sur le formatage CSS de mise en pages permettant de rapprocher l’expérience online de celle du papier. Au travers d’une démo comparant un journal à une page web, il démontre que le glissement latéral (qui se rapproche naturellement de l’action de tourner les pages) est possible avec la pagination des contenus limités à la hauteur de la fenêtre. Ce système, combiné avec le layout multicolonne et des flottements d’image avancés, reconstitue la clarté d’une mise en page de type magazine en s’adaptant à tout format sans recourir aux media queries.

Au-delà de cela, il travaille pour amener les CSS plus loin dans le domaine de la typographie et ses règles : ligatures, césures… Tout cela n’est pas encore tout à fait au point mais avance. Vous pouvez suivre les travaux du W3C sur CSS Generated Content for Paged Media Module dev.w3.org/csswg/css-gcpm-3

Pour clôturer, il pose la question : pendant combien de temps le HTML sera-t-il encore utilisé ?

500 ans, ce chiffre, il ne le donne pas par hasard en se référant à Gutenberg et l’invention de l’imprimerie (déjà 500 ans !). Le livre est toujours là et est fait pour durer. Pour lui, il faut garder le papier pour les choses importantes et confier au numérique tout ce qui ne demande pas de s’installer confortablement dans un fauteuil. L’invention de l’imprimerie a aidé à faire évoluer l’Europe. Le web, dans le même ordre d’idée, modifie le monde.

Commentaires fermés sur CSS, des origines vers le futur

Partager >