Adobe Digital Publishing Suite l’unique solution ?

par Thierry H. le 20 juin 2014

Bien intégrée à un outil que tous les graphistes maîtrisent, InDesign, la Digital Publishing Suite a retenu l’attention de nombreuses personnes. Mais certains se découragent en découvrant les coûts liés à la publication des fichiers .folio. Au point d’envisager de recourir à des solutions alternatives. Petit état des lieux…

ph_ePublishingA

PDFs interactifs

Leur naissance remonte à l’origine d’Acrobat ou presque. Mais depuis InDesign CS6, il est devenu beaucoup plus facile d’en créer : de nombreuses fonctionnalités jusque-là réservées à Acrobat Pro sont à présent directement disponibles dans le logiciel de mise en page.

Avantages :
Comme ils sont créés dans InDesign, ils permettent un contrôle total de la mise en page et sont plutôt faciles à réaliser. Ils sont également lisibles partout ou presque (sur tablette, les logiciels capables de lire les PDF sont toutefois nombreux et ne se comportent pas tous de la même façon. Attention aux mauvaises surprises).
Ils peuvent contenir des hyperliens, des signets, des boutons, des champs de formulaires, une interactivité relativement poussée, du javaScript, des sons ou des vidéos.

Inconvénients :
Leur aspect et leur fonctionnement ne sont pas toujours totalement cohérents sur les périphériques mobiles. Ils ne sont pas « responsive ». Ils ne s’adaptent donc pas au format de l’écran et l’utilisateur doit souvent zoomer ou dézoomer pour accéder de façon confortable à l’information souhaitée. Ils ne sont pas commercialisables en ligne comme les EPUBs ou les fichiers .folio.
Si vous souhaitez donner à votre document un côté moderne ou trendy, le PDF interactif n’est sans doute pas le format le plus approprié…

Export SWF

Solution sans doute plus attractive il y a quelques années, elle a aujourd’hui perdu de son intérêt avec le déclin et la mort programmée de Flash.

Avantages :
Ici aussi, la réalisation se fait dans InDesign, ce qui implique une certaine facilité et un grand contrôle de l’aspect graphique. L’originalité peut être au rendez-vous, bien plus qu’à partir de PowerPoint ou Keynote… mais cela dépend de vous. Les possibilités d’animation sont grandes et vont beaucoup plus loin que ce que les PDFs interactifs permettent. Les fichiers sont lisibles presque partout car le plugin Flash reste très répandu… du moins pour le moment.

Inconvénients :
Les contenus sont lisibles sur ordinateur, mais moins sur tablette et smartphone, et pas du tout sous iOS. La préparation des fichiers est un peu plus complexe que pour les PDFs.

EPUBs

Le format EPUB est plutôt en vogue ces derniers temps mais il existe de grandes différences entre les EPUBs simples dont l’aspect est largement modifiable par l’utilisateur final et les EPUBs à layout fixe qui n’offrent pas cette liberté mais mettent l’accent sur le respect de la mise en page. Ces derniers sont plus complexes à réaliser.

Avantages :
Ils sont interactifs, « responsive » et généralement très légers. Ils peuvent être commercialisés via iTunes ou via de nombreuses autres plateformes et peuvent être convertis en .mobi pour Amazon.

Inconvénients :
Ils sont un peu complexes à créer et il faut souvent de véritables compétences en HTML et CSS pour en tirer le maximum. Pour les commercialiser, il faut répondre aux spécifications des diffuseurs… sans quoi ils seront rejetés.

Publication avec Adobe Digital Publishing Suite

La solution offerte par Adobe n’est pas la seule sur le marché et elle est souvent critiquée. Elle s’appuie toutefois sur une large base installée – qui peut se passer d’InDesign ? – et sur la force de frappe d’Adobe.

Avantages :
DPS est parfaitement intégrée à InDesign et le contrôle sur la mise en page est très grand. Le résultat est plus ou moins « responsive ». Les possibilités d’interactivité sont vastes.

Inconvénients :
La taille des fichiers peu être considérable. Le coût de publication décourage beaucoup d’utilisateurs potentiels : à l’heure actuelle, cela revient à environ 400 euros par mois en publication simple, c’est toutefois gratuit pour les abonnés Creative Cloud, mais il faut de toute manière créer un compte Apple qui revient à 99 $ par an ! Ici aussi, l’approbation est nécessaire pour la publication.

Trouver son bonheur sans Adobe ?

Toutes les solutions reprises ci-dessus sont disponibles par défaut avec InDesign. Il existe aussi des plugins commerciaux qui remplissent le même rôle que ADPS, mais ne sont pas forcément plus économiques, comme Magplus ou Aquafadas. À tester éventuellement…

iBooks Author est gratuit mais reste très lié à Apple et ses fichiers ne sont pas lisibles partout. Quant aux iBooks payants, ils doivent obligatoirement être vendus via l’iBooks store…

Pour ceux que le web design n’effraie pas, une autre approche consiste à travailler directement en HTML et CSS puis à créer une App sur cette base. Des frameworks open source comme bakerframework, par exemple, peuvent rendre les choses plus facile… et très bon marché (seuls les 99 $ annuels d’Apple resteront à payer…).

Voici les dates des prochaines formations :
• PDF Interactif : 18/11
• Édition numérique avec ADPS : 18,19 et 20/08
• Édition numérique avec iBooks Author : 11 et 12/12

Intéressé(e)s ? N’hésitez pas à vous Inscrire sur cepegra.be/inscriptions.

Commentaires fermés sur Adobe Digital Publishing Suite l’unique solution ?

Partager >